Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2017

VISITE GUIDEE du mercredi 26 juillet 2017 sur un des chantiers de fouilles de mon village, MURVIEL LES MONTPELLIER

Il s'agit ici d'une propriété qui est datée de 0 à 50 après J.C. Les fouilles ont débuté en 2009 sur ce chantier d'habitat de ville basse. Cette année, des parois peintes ont été dégagées dans une pièce de réception où se déroulaient des banquets (triclinium).

Voir ici l'article paru sur le site l'occitanie au quotidien : 

http://www.loccitanieauquotidien.com/Montpellier-Visite-g...

Un plan a été donné avant la visite. Les 3 ronds rouges marquent l'emplacement où ont été découverts les doliums.

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue d'ensemble des fouilles.

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nettoyage d'un pavé.

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pièces 9, 2 et 5.

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fresque dévoilée.

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Escalier de la pièce 9 (pièce centrale).

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud

 

 

Canalisation.

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dolium.

tourisme,histoire,archéologie,saison,fouilles,culture,sud

 

10/04/2017

UN SANCTUAIRE GALLO ROMAIN MIS A JOUR à Murviel Les Montpellier (mon village)

A l'occasion de l'aménagement d'un lotissement, une équipe de l'Institut National de Recherches Archéologiques préventives a mis à jour les vestiges d'un sanctuaire gallo-romain sur la commune de Murviel les Montpellier.

Cette découverte s'ajoute aux nombreuses autres déjà réalisées sur l'agglomération antique du Castellas qui voit le jour au début du IIème siècle avant notre ère. Le nom du peuple occupant les lieux, les Samnagenses, est connu par une inscription plus tardive et par les écrits de l'auteur Pline l'Ancien (23 - 79).

Situé sur un versant faisant face à la ville antique, le sanctuaire gallo-romain, observé sur une surface de

4 000 m2, est composé de bâtiments établis autour d'une vaste place dont 3 côtés ont été dégagés. 

LE TEMPLE : 

De forme quadrangulaire, le temple mesure 8 m de large et 10 m de long. Il est situé du côté oriental de la place et date du courant du 1er siècle avant notre ère. Son style témoigne de fortes influences gréco-italiques qui marquent la romanisation de l'architecture des lieux de cultes. Les limites de fouilles n'ont pas permis de localiser l'entrée qui devait se situer sur la façade est, façade probablement ornée de colonnes. Cette entrée donnait accès à un 1er espace : le pronaos. Dans son prolongement, une pièce de 8 m de côté - la cella - recevait la statue de la divinité honorée. La base et le couronnement de l'autel monumental ont été retrouvés dans les niveaux de démolition de l'édifice.

Au sud-ouest de la Cella, un ensemble de petits édicules maçonnés, de coffrages en tuiles ou d'amphores fichées dans le sol témoignent des pratiques d'offrandes effectuées par les fidèles. L'ensemble est clôturé par un mur d'environ 7 m du lieu de culte qui marque la limite de l'espace sacré et porte le nom de Péribole.

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA PLACE ET LE PORTIQUE SUD :

La place de 62 m de long sur plus de 25 m de large est dans un 1er temps bordée au sud par un portique. Il a été identifié par une série de fosses alignées et régulièrement espacées, témoins de supports de colonnes. Ce portique semble détruit dès l'Antiquité et laisse place à un ensemble de petits édifices d'environ 1 m de côté. Ces maçonneries en forme de U, orientées vers l'est, servaient de réceptacles aux dépôts votifs. S'y ajoutent plusieurs amphores plantées dans le sol. L'ensemble marque ainsi la présence de rites bien au-delà du périmètre circonscrit par le péribole du temple.

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE BATIMENT ET LE PORTIQUE OUEST :

A l'ouest, un long bâtiment limite l'espace public. Il est composé de plusieurs pièces aux superficies inégales, ouvertes sous un portique, vers la place. Le traitement du sol diffère : sols de cailloutis, sols en galet ou mosaïque pour la pièce la plus au nord. Leur destination n'a pas pu être clairement précisée, elles pourraient avoir servi à l'accueil des pèlerins. A l'arrière de ce bâtiment, une grande excavation creusée dans le substrat a servi à collecter de l'eau. Il s'agit probablement d'une source aménagée, dont la fonction culturelle reste à confirmer. Un petit autel votif y a été découvert : il atteste à minima d'une pratique religieuse dans un environnement proche. La présence de ces espaces publics (place, bâtiment, portiques et source) à proximité immédiate du temple permet d'identifier l'ensemble comme un sanctuaire.

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(source Inrap Méditerranée).

Récemment, un bassin entouré de bancs en pierres, a été dégagé. Près de ce bassin, une mosaïque a été trouvée. L'emplacement d'une canalisation (tuyau) est visible à l'entrée de ce bassin qui devait certainement être approvisionné par la source aménagée près du bâtiment qui limite l'espace public.

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

histoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellierhistoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellierhistoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellierhistoire,archéologie,temple,culture,sanctuaire,murviel les montpellier

27/08/2016

Visite guidée sur le site archéologique de mon village

Ce mercredi 24 août 2016, j'étais présente à la visite du chantier de fouilles archéologiques près de mon village, Murviel les Montpellier.

Comme chaque année, une journée Porte Ouverte est organisée à la fin de la saison des fouilles effectuées par des étudiants sous la direction de Patrick Thollard, Maître de Conférence à l'Université Paul-Valéry de Montpellier.

tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.tourisme,histoire,archéologie,culture,sud,fouilles,vestiges.

 

 

27/08/2015

VISITE CHANTIER FOUILLES MURVIEL LES MONTPELLIER le 26 08 15

Le nom de Murviel évoque les "vieux murs" de la cité des Samnagenses, peuple gaulois qui occupait le territoire actuel de la métropole de Montpellier.

L'oppidum gaulois s'est établi au début du IIème siècle avant J. C. sur les hauteurs de la colline du Castellas, entourée d'une première enceinte (la ville haute). Il obtient au Ier siècle avant J. C. le statut de cité de droit latin. Cette indépendance politique favorise le développement rapide de l'agglomération qui s'étend sur de nouveaux quartiers (la ville basse), s'entoure d'une nouvelle enceinte monumentale, construit un forum où s'organise la vie religieuse, commerciale et politique. Intégrant des monuments de la période gauloise, le forum se dote de portiques, de salles richement décorées (mosaïques) et d'un édifice d'ordre corinthien, probablement un temple. Des statues et inscriptions honorifiques ornent le forum, mais aussi une "table des mesures" qui permet d'évaluer les volumes des transactions commerciales.

archéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourisme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rattachée à Nîmes à la fin du Ier siècle après J. C., la cité des Samnagenses perd son autonomie puis décline. Elle est abandonné au IIIème siècle et sert de carrière au cours de l'antiquité tardive, puis au Moyen Age pour construire le village de Murviel sur une autre colline.

La visite guidée du 26 août 2015 sur le chantier des fouilles a permis de voir ce qui a été découvert durant les travaux effectués cet été par des étudiants de l'Université Paul Valéry de Montpellier : un escalier avec palier, un bas de statue, un haut de colonne avec frises, plaque gravée, sol en mosaïque ou marbre.

archéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourisme

archéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourismearchéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourismearchéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourisme

archéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourismearchéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourismearchéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourismearchéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourisme

archéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourismearchéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourismearchéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourismearchéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourisme

archéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourisme

archéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourisme

archéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourismearchéologie,histoire,forum,chantier,fouilles,murviel les montpellier,culture,tourisme

 

01/09/2014

CHANTIER DE FOUILLES (ETE 2014) à MURVIEL LES MONTPELLIER

J'ai profité de la présentation du chantier des fouilles au mois de juillet.

Nous nous sommes rendus à la Domus du site gallo-romain.

L'habitat romain mis à jour est identique à celui de Nimes, Béziers ou Arles.

L'habitation semble avoir été occupée de 50 avant J.C. à 70 après J.C.

Elle paraît avoir subi plusieurs agrandissements et modifications. Nous avons pu voir des décorations murales : une plinthe rouge, une frise bleue et un pan de mur blanc ainsi qu'un "dolium" très bien conservé et encore en place (1, 70 m de profondeur).

Le chantier de l'Université Paul Valéry 3 qui a fouillé la Domus comprenait 25 étudiants issus de toutes les régions de France.

saisons,tourisme; été,archéologie,région,murvielsaisons,tourisme; été,archéologie,région,murvielsaisons,tourisme; été,archéologie,région,murvielsaisons,tourisme; été,archéologie,région,murvielsaisons,tourisme; été,archéologie,région,murvielsaisons,tourisme; été,archéologie,région,murviel

 

23/08/2013

VISITE GUIDEE DES FOUILLES ARCHEOLOGIQUES A MURVIEL LES MONTPELLIER

J'étais présente ce 21 août pour l'unique visite guidée des fouilles archéologiques dans mon village, MURVIEL LES MONTPELLIER.

La saison se termine encore cette année par de belles découvertes.

Patrick THOLLARD (en blanc sur la photo) nous explique comment et quand a été découvert le site antique, comment il se présentait au cours des siècles, puis ce qui a été mis à jour ces 3 derniers mois sur les différents lieux de la visite par les étudiants travaillant tout l'été sous un soleil de plomb...

Rendez-vous est pris pour l'année prochaine à la même époque.

 

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

 histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture 

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture 

 

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

histoire,archéologie,fouilles,antiquité,région,culture

 

26/03/2013

LA VILLA GALLO-ROMAINE de LOUPIAN (Hérault)

La villa gallo-romaine de LOUPIAN se trouve sur la commune de LOUPIAN, entre MONTPELLIER et BEZIERS.

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est très riche en mosaïques et a été classée monument historique dès 1970.

Une construction de 1 000 m2 protège ce qu'il reste de la villa et des mosaïques.

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Originellement, la villa était une modeste ferme qui a ensuite prospéré pendant le Haut-Empire jusqu'à devenir une grande résidence patricienne avec des thermes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sud,tourisme,musée,histoire,région,hérault,archéologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'activité principale était la viticulture. Un chai avait été construit et on a retrouvé sur place de grandes jarres et un atelier de potiers qui fabriquaient des amphores servant à transporter ce vin.

Au Vème siècle, la villa est complètement rebâtie.

A quelques 100 m de cette villa on a trouvé un église paléochrétienne avec une cuve baptismale.

Cette église se trouve près de l'actuelle Eglise Ste Cécile.

04/02/2012

LES TRESORS DU TRAMWAY DE MONTPELLIER

Depuis 15 ans, les archéologues de MONTPELLIER ont effectué des fouilles sur les travaux des lignes 1 à 3 du tramway de MONTPELLIER.

Des objets retrouvés (pièces de monnaie, restes de squelettes, faïences etc) ont fait l'objet d'études et de recherches de la part des chercheurs du Musée Archéologique Henri PRADES.

 

Vous pourrez admirer ces trésors lors de l'exposition temporaire "Montpellier, terre de faïence, potiers et faïenciers entre Moyen Age et XVIII ème siècle", du 27 avril au 30 septembre 2012 au Musée archéologique de LATTES et au Musée Fabre (pour la collection de pièces de monnaies).

région,archéologie,tourisme,sud,histoire,musée

 

 

 

 http://www.toutmontpellier.fr/montpellier-des-tresors-arc...

 

 

 

04/05/2008

L'INFLUENCE ROMAINE SUR L'OPPIDUM D'ENSERUNE

1261969670.jpgSi la romanisation de la province n'a pas apporté à ENSERUNE son cortège de monuments et d'édifices publics, l'oppidum en conserve pourtant des signes très clairs.

Du IIIè au 1er siècle av. J.C. la ville va s'étendre à toute la colline. Les maisons s'agrandissent, s'organisent différemment, déploient des bâtiments autour d'une cour centrale ressemblant à des maisons italiques. On ne néglige pas les décors : chapiteaux et colonnes gréco-romaines, mosaïques au sol, murs peints, imitation de marbres divers ... tout le luxe de Rome.

Des citernes étanches héritées de l'urbanisme romain permettent d'apporter une solution à l'épineux problème de l'eau. Les artisans locaux s'activent mais les importations italiennes de céramiques fines, de lampes, sont bien réelles aussi. Seulement le charme de la colline a dû être de bien faible poids dans la balance de la nouvelle organisation romaine. Les habitants d'Ensérune désertent la colline devenue inconfortable en comparaison des vallae et des nouveaux domaines agricoles de la plaine. Ensérune fut une des agglomérations les plus prospères du Languedoc à en juger par les riches objets trouvés dans la nécropole. En 1937, une villa se trouvant là comme par bonheur lorsque les fouilles débutèrent au début du siècle, devint musée.1119234175.jpg

03/05/2008

L'OPPIDUM D'ENSERUNE

1681746883.jpgAu VIè siècle avant J.C., ENSERUNE est entourée d'eau, encadrée au nord par l'étang de MONTADY, aujourd'hui asséché, au sud par le lac de VENDRES et à l'ouest par celui de CAPESTANG. Autant dire un îlot de salubrité dans une zone marécageuse. En ce temps-là, ce bas pays hésite entre mer et lagunes, et la côte lagunaire communique avec les terres par les graus, les étangs ou les fleuves côtiers. Ce particularisme géographique va jouer son rôle à fond dans l'essor d'un commerce d'un type nouveau.

Amphores vinaires et vases à boire étrusques, poterie ionienne, céramique corintienne et attique à figures noires affluent sur la côte languedocienne. Marseille, fondée par les Grecs de Phocée vers 600 av. J. C. joue les entreprenantes et se taille une bonne part du marché. Du côté terrestre, tous les chemins mènent à ENSERUNE. La pointe orientale de la colline, levant la tête hors de l'eau, commande par le bien nommé défilé de Malpasles diférents axes de communication. D'une part avec l'arrière-pays où les relations avec le monde des Causses et des hauts plateaux sont constantes et d'autre part vers la Catalogne et les pays du Sud. Là, sur les traces d'Héraklès, les nouveaux explorateurs négociants retrouvaient la grande voie antique, celle qui relie les mondes italiques et ibériques. L'homme, sans doute un peu las de pousser ses troupeaux devant lui et de faire le nomade a fini par se fixer. Pour survivre, il quitte ses grottes et s'installe dans les plaines fertiles où il devient agriculteur et éleveur de bétail. Des populations nouvelles s'ajoutent aux populations sédentarisées. Il semble que l'habitat de hauteur apparaisse comme la solution idéale pour jouer le rôle de guet et de relais sans rien perdre des nouveaux échanges monétaires.

Aux premières heures d'Ensérune, les hommes se concentrent sur les parties supérieures des versants et du plateau. Leurs cabanes, des constructions légères de torchis à la toiture de végétaux et au sol en terre battue, n'ont pas laissé de traces, hormis quelques encoches.

Du Vè siècle à la fin du IIIè, les temps changent. Aux huttes primitives vont se substituer des maisons rectangulaires en pierres, implantées le long de rues et délimitant des quartiers. La ville haute prend de l'importance et se dote d'un rempart. Le plan de la ville en damiers et les techniques de construction dénotent un caractère méditerranéen. Avec la Gaule et le monde celtique se met en place un important commerce de mobilier métallique, constitué dans un 1er temps d'accessoires puis de vêtures guerrières.

Pour aborder la dernière phase d'habitation de l'oppidum, de la fin du IIIè siècle av. J.C. au début de 1er siècle de notre ère, il faut se souvenir des évènement qui se déroulent : Hannibal était passé par là avec son cortège d'éléphants, les Celtes s'étaient installés et les brasseurs d'affaires romains avaient orchestré une pré-romanisation. En 118 avant notre ère, après avoir conféré aux populations le titre d'alliés du peuple romain, Domitien s'occupait de fonder la colonie de Narbonne. Les romains s'étaient rendus maîtres des terres et avaient entrepris une véritable politique d'aménagement, de mise en valeur des terres et de cadastration.

1175064262.jpg