Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2008

L'EGLISE de mon village

(Sur la photo du haut, il s'agit du Presbytère - en coin - que l'on retrouve sur la photo du plan dans le coin droit de ce plan. L'église n'occupe que la partie gauche du plan. La partie du haut sur le plan représente les restes du château - voir mes premières photos). Ce presbytère est l'ancien château des évêques. Un arc, dont il subsiste une amorce contre l'église, reliait les deux constructions et la largeur de cet appui (1m 50) indique qu'il s'agissait d'une véritable porte, qui devait séparer la partie fortifiée du reste du village. On peut distinguer tout en haut huit corbeaux triples, dont un biais supportant une arcature appareillée, en arc brisée (n'apparait pas sur la photo, je m'en excuse mais elle se trouve tout en haut) 801014462.JPG

L'église de Murviel les Montpellier est déjà mentionnée dès 1080 sous l'invocation de St Jean Baptiste. Or, l'on s'accorde généralement à dater la construction de l'abside romane (partie la plus ancienne de l'édifice) de la fin du XII è siècle. Il faut donc en déduire que l'abside actuelle s'est substituée à une église plus ancienne et de dimensions plus modestes. Elle a été élevée à une période de prospérité du Chapitre de Maguelone, si l'on considère le soin apporté à son ornementation.

D'après le Registre des délibérations du Chapitre de la Cathédrale, elle n'était jusqu'alors que la chapelle du château même si elle jouait déjà le rôle d'église paroissiale pour la petite communauté à l'abri de ses remparts.

Les deux premières travées de la nef ne datent pas du XIVè mais ont été élevées très probablement au tout début du XVIIè sur les instruction de l'évêque Guitard de Ratte en 1598, à l'emplacement d'une partie du château, ruinée et arasée à l'Ouest de l'abside.

Au début du XVIIIè, la nef de l'église a été prolongée d'une 3ème travée où l'on s'est efforcé de reproduire le style des travées antérieures. C'est alors qu'a été édifié le clocher fait de belles et bonnes pierres de taille que l'on peut voir sur les cartes postales du début du XXè siècle avant qu'il ne soit mis à bas et remplacé vers 1930 au motif qu'il menaçait de s'effondrer, par le clocher actuel bâti en béton armé et revêtu d'un crépi de ciment blanc solide, mais manquant de grâce.

Au XIXè siècle sont réalisés divers aménagements qui permettent d'accroître la capacité d'accueil de l'église mais dénaturent l'aspect du bâtiment initial. Ils font disparaître des vestiges qui auraient été utiles du point de vue archéologique pour mieux comprendre la disposition des bâtiments du château.

 

30/03/2008

AVANT RENOVATION

Voici l'état de l'ensemble (château et église) avant la restauration.1128503829.JPG

LE CHATEAU

Comme de nombreux châteaux féodaux, il a été construit entre le XIè et le XIIè siècle, vraisemblablement sur les vestiges d'une occupation antérieure du site (existence de tombes creusées dans le sol au milieu desquelles le mur Est a été édifié).645760853.JPG

Dans les textes subsistants du Moyen-âge, il est mentionné dès 1149. Dans la 2ème moitié du XIIè siècle, il semble appartenir à une famille seigneuriale, les Aton (ou Athon), vassale des Guilhems (les seigneurs de Montpellier), et liée aux Guilhems d'Aumelas (branche cadette des précédents). Peu après, au début du XIIIè siècle, les seigneurs de Montpellier, qui avaient gardé la haute main, en tant que suzerains, sur la seigneurerie de Murviel, la cèdent aux évêques de Maguelone ; ces derniers seront désormais seigneurs de Murviel, qui appartiendra à la Mense épiscopale jusqu'en 1789.

De nombreux actes d'évêques de Maguelone (Béranger de Frédol, Gaucelin de la Garde, Jean de Comminges), surtout durant les XIIIè et XIVè siècles, sont datés et signés dans ce château. C'est d'ailleurs de cette période qui a été particulièrement faste pour le château, que datent la construction du bastion Sud-ouest, accolé au château primitif et celle des 4 arcades visibles à l'Est du chevet.

Au XVIè siècle, au moment des guerres de religion, il est l'une des victimes des malheurs de ce temps : possession de l'évêque qui n'y séjournait pas en permanence, mal défendu sans doute, en l'absence de garnison, il constituait une cible toute trouvée : il est attaqué une 1ère fois en 1562 par les troupes protestantes, dévasté et partiellement incendié. Seules restèrent debout l'enceinte et la chapelle du château (actuelle abside de l'Eglise) plus résistantes sans doute.

Lorsque le conflit finit par s'apaiser dans les années 1590, l'évêque de Montpellier, Antoine de Subjet, pressé par la nécessité, décide d'inféoder le château, ruiné depuis 30 ans, à Pierre de Griffy, conseiller du roi et maître à la chambre des Comptes du Languedoc, moyennant 300 écus et la promesse de le "relever" dans un délai de 5 ans.

La restauration est évaluée alors à 2 000 écus. La promesse n'ayant pas, apparamment, été tenue, l'évêque Jean de Garnier, reprend possession du château.

En 1677, l'évêque Charles de Pradel fait expertiser le château et l'église par des architectes qui chiffrent la reconstruction pour rendre le château "logeable", à 10 000 livres. Elle ne sera jamais réalisée, on réaménage seulement quelques années plus tard le bastion sud-ouest où l'on installe le presbytère tel qu'on peut le voir de nos jours.

A partir du XVIIIè et tout au long du XIXè siècle, le château sera progressivement et systématiquement démantelé, voire quasiment arasé dans certains secteurs, les pierres seront récupérées par les habitants ou même vendues par adjudication.

LE CHATEAU ET L'EGLISE DANS L'HISTOIRE

Le château et l'église ont été dès l'origine liés, mais après les guerres de religion, ils ont connu un sort différent : tandis que le château médiéval tombait en ruines au fil des ans, malgré deux vélléités de reconstruction, l'église, dès le début du XVIIe était agrandie, en trois étapes, jusqu'à sa configuration actuelle occupant dès lors une partie de l'espace dévolu primitivement au château.

454930149.JPGNous pouvons dire que la chapelle du château a été agrandie pour devenir l'église de la paroisse, les populations se regroupant autour du château seigneurial pour se protéger (à partir du XII ème siècle).

CHATEAU ET EGLISE

291698651.JPGL'ensemble formé par le château et l'église de mon village présente, sur un espace assez réduit, des ouvrages religieux et militaires dont les détails architecturaux sont caractéristiques.1805821115.JPG 1641938309.JPG 1555944501.JPGSur la photo du bas, vous pouvez voir en haut à droite un bénitier, et au fond la petite fontaine que j'ai photographiée seule et que j'ai mise dans une autre note.

Il semblerait que la contruction du XVIIIè siècle du mur de fond actuel de l'église (où l'on voit le bénitier ici) n'ait donc fait que se substituer au mur qui prolongeait les défenses du château.