Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2011

LES JOURNEES DU PATRIMOINE 2011

Hier, je me suis rendue au Musée de ma ville, Musée des fouilles archéologiques du site antique du Castellas.

J'ai pu y découvrir des objets trouvés pendant les diverses campagnes de fouilles et d'explorations archéologiques.

nord,sud,région,tourisme,journées du patrimoinenord,sud,région,tourisme,journées du patrimoinenord,sud,région,tourisme,journées du patrimoinenord,sud,région,tourisme,journées du patrimoinenord,sud,région,tourisme,journées du patrimoinenord,sud,région,tourisme,journées du patrimoinenord,sud,région,tourisme,journées du patrimoinenord,sud,région,tourisme,journées du patrimoinenord,sud,région,tourisme,journées du patrimoine

 

19/09/2010

Les journées du patrimoine

123 180910).jpgLes journées du patrimoine se sont déroulées dans ma ville ce week end.

Nous nous sommes rendus au Musée et sur le site de l'agglomération antique du Castellas.

Je vous rappelle l'historique des recherches :

Connu anciennement, le Castellas a fait l'objet d'explorations archéologiques à partir du XIXe siècle, mais la recherche ne s'est véritablement développée que depuis les années 50. La richesse du site est attestée par les nombreuses découvertes d'objets (sculptures, inscriptions, objets funéraires) d'abord conservés au musée de la Société archéologique de Montpellier (Musée Languedocien) et maintenant dans celui de Murviel lès Montpellier.

Un important programme de fouilles a repris depuis 2001. Le site bénéficie de plusieurs protections : classement des fortifications au titre des Monuments Historiques (depuis le XIXème siècle), inscription de la colline au titre des sites (depuis 1970). Depuis 1980, le Département de l'Hérault a acquis une dizaine de parcelles, pour favoriser la recherche archéologique et la mise en valeur des découvertes en collaboration avec la commune de Murviel lès Montpellier.

A l'orée des garrigues montpelliéraines, l'agglomération antique du Castellas qui occupe plus de 20 ha est l'une des plus vastes de la région. A côté d'autres établissements comme Lattes ou Ambrussum, elle est l'illustration du développement urbain qui touche le Languedoc à partir du IIème siècle avant J.C.

Patrick Thollard, Maître de Conférences à l'Université Paul Valéry de Montpellier.

116 180910 JOURNEES PATRIMOINE.jpg

 121 180910.jpg127 180910.jpg

133 180910.jpg128 180910.jpg130 180910.jpg131 180910.jpg132 180910.jpg134 180910.jpg135 180910.jpg137 180910.jpg

23/12/2009

LA CITE DES SAMNAGENSES

Murviel oppidum castellas.jpgLe nom de la ville romaine qui occupe la colline du Castellas à Murviel a été retrouvé, enfin presque.

Ni le nom actuel du village, ni les textes anciens, ni les inscriptions antiques retrouvées jusque là n'apportaient pas d'indications probantes. Un texte antique avait été lu et relu maintes fois : l'Histoire Naturelle écrite par PLINE l'ANCIEN qui dresse après le milieu du 1er siècle après J.C. une liste des villes romaines de la Narbonnaise, la province romaine dans laquelle est inclus le territoire actuel du Languedoc Roussillon. Mais, impossible de savoir si Murviel se trouve dans la liste des villes autonomes que nomme l'auteur ou si elle fait partie des 24 oppida attribués quelques années avant l'ère chrétienne à la puissante ville de NIMES et dont PLINE ne livre pas les noms. Impossible d'en savoir plus sans nouvelle découverte archéologique.

Les travaux de l'équipe de fouille vont alors fournir de nouveaux indices en deux temps :

Premier épisode : la découverte en 2008 de la "table de mesure" qui livre une inscription du 1er siècle après J.C. qui mentionne un édile, Caius Maselius secandus. La ville avait donc toujours ses propres magistrats après l'attribution des 24 oppida à NIMES. Elle fait donc partie de la dizaine de noms de villes autonomes que mentionne PLINE L'ANCIEN et qui ne sont pas encore localisées. L'étau se resserre autour de cette liste réduite.

Deuxième épisode : la découverte en 2009 d'un fragment qui vient compléter une inscription dont les éléments sont mis au jour régulièrement depuis 20 ans sur le secteur de la place monumentale. Cette inscription commence à pouvoir être déchiffrée, comme un puzzle dont on ajouterait une pièce quasiment chaque année. Elle relate la carrière politique d'un citoyen romain ayant effectué des réalisations importantes pour la ville antique de Murviel sur la place monumentale sans doute.

Or, si l'on se réfère à d'autres inscriptions de ce type trouvées dans d'autres villes antiques, le texte doit se terminer par le nom du peuple pour qui ce personnage a fait des réalisations publiques. A cet emplacement, sur la stèle encore incomplète, il n'y a pas de nom entier, mais trois fragments indiquant  (M)NA...ENSIBUS.

Le nom du peuple de la ville romaine doit donc comporter ces lettres. Dans la liste de PLINE un seul nom est alors possible : SAMNAGENSIBUS.

La ville antique qui couvre la colline du Castellas est donc la ville des Samnagenses, un peuple gaulois dont on ne connaît par ailleurs que peu de choses : quelques monnaies trouvées notamment à Murviel, une autre inscription trouvée à Montarnaud, une autre encore mentionnée à Nimes mais dont on a perdu la trace. Il s'agit du nom du peuple dont Murviel devait être la capitale et dont le territoire couvrait sans doute une partie de celui de l'agglomération actuelle de MONTPELLIER.

30/04/2008

D'AUTRES DECOUVERTES

En 1997 ont été découverts à Murviel des vestiges d'un village préhistorique du chalcolithique (entre 2500 et 3000 ans avant notre ère) : 5 000 objets ont été rassemblés et étudiés progressivement. Pour la plupart, ce sont des fragments de céramique, d'os, de silex, de torchis.

Sur la 1ère photo : marmite en céramique de 30 cm de diamètre, poterie non tournée à fond sphérique comme toutes celles de cette période.

Sur la 2ème photo : objets typiques du chalcolithique trouvés près de la marmite dans les vestiges d'une des cabanes du village. Il s'agit d'une meule dont la partie mobile est constituée par un galet sphérique et la partie immobile par un bloc de calcaire coquiller. Ces 2 éléments portent des traces d'un travail important de broyage (céréales). Adossé à la meule, un bel outil en os de 17 cm de long qui a pu servir de couteau ou de lissoir pour fabriquer des pots. De l'autre côté de la meule, un galet présente de nombreuses traces de chocs. Il s'agit d'un percuteur utilisé pour extraire des éclats de silex ou en faire des outils. Devant la meule, 2 éléments de parure typiques de cette période de la fin de la préhistoire : une perle en os, un pendentif réalisé à partir d'une canine de chien ou de loup.

70987120.JPG1134254016.JPG

28/04/2008

D'AUTRES PHOTOS DU SITE ARCHEOLOGIQUE

1678772030.jpgPour terminer, je vous montre des photos en vrac des fouilles archéologiques de Murviel.

1569291545.jpg1840007037.jpg1455590667.JPG

27/04/2008

VESTIGES D'AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES sous le temple et le complexe monumental

1323498949.jpg124222785.jpgL'on peut voir sur le site des fouilles de Murviel les vestiges d'un aménagement protégeant et encadrant une source qui est parfaitement intégrée dans le complexe monumental. Il s'agit peut être d'une source sacrée autour de laquelle, ici, comme dans d'autres sites méridionaux, l'habitat s'est fixé.

2052194950.jpg1582057211.jpgIl existe également des aménagements hydrauliques (caniveaux, petits bassins, fosses) dans la fonction reste souvent énigmatique.

Le collecteur d'eau passe ici sous le temple gallo-romain. 

25/04/2008

LES REMPARTS

47056762.jpg1856836241.jpgL'attribution aux races gauloises des remparts de Murviel recule l'origine de ces monuments au delà de l'année 121 avant l'ère chrétienne, date des victoires remportées par les consuls Domitius AEnobarbus et Fabius Maximus sur les Arvernes et les Allobroges, réunis aux Ruthènes et aux Volces arécomiques ; c'est alors que commencent les relations de ces derniers avec les Romains.

A partir de cette époque, les légions passent le Rhône, fondent Narbonne, occupent militairement le territoire des confédérations volces, dont elles préparent l'adjonction définitive à la province romaine, et cette date mémorable est aussi le point de départ d'une ère de calamités pour ces malheureuses tribus. Le demi siècle suivant, jusqu'à l'arrivée de César dans les Gaules, est rempli par l'invasion des Teutons et des Cimbres, puis par la guerre civile de Marius et de Sylla dont le retentissement dans la province Narbonnaise amène les exactions des pro-consuls et les massacres ordonnés par Pompée.

C'est pendant le cours du 2ème siècle avant notre ère qu'il paraît rationnel de placer la fondation de l'oppidum de Murviel. Comme tout porte à le croire, ces enceintes sont l'oeuvre des Gaulois, il n'est pas sur le sol de l'ancienne Gaulle de ruine de ce genre plus digne de fixer l'attention. Murviel est un type complet et le mieux conservé de la castramétation indigène. Les fortifications de cet oppidum sont les plus importantes et les mieux conservées de la région montpelliéraine.

Trois enceintes s'articulent les unes aux autres : on reconnaît 3 poternes, 1 porte monumentale et 1 tour de 7 mètres de côté sur un point fort de la ville basse. La partie haute est couronnée par une enceinte simple vers le Nord et semble-t-il double vers le Sud, délimitant un habitat qui ne saurait être postérieur au 3ème quart du 1er siècle avant J.C.

L'enceinte bâtie en blocs extraits d'une seule carrière est construite en pierres sèches assemblées sur une largeur de 3 à 4 mètres.

Une tour monumentale sert à la fois de garde à une poterne et de point de surveillance pour la voie d'accès et la plaine limitrophe.

Cette enceinte a été dégagée sur plusieurs points en 1863.

 

24/04/2008

MOSAIQUE PRESERVEE

801014462.JPGDans cette pièce de l'espace monumental (voir mes notes précédentes) se trouvait une mosaïque qui a été enlevée afin de la préserver et déposée au Musée. Voici ce qu'il reste après l'enlèvement.316582670.2.JPG

LE MUSEE

1555944501.JPGLe Musée au coeur du village de Murviel présente exclusivement les vestiges issus des fouilles archéologiques réalisées sur la commune et également de dons faits par les habitants.

Dans une dizaine de vitrines, des objets témoignent de l'occupation de la commune pendant le Néolithique et l'époque gallo-romaine :

base de colonne, tambour de colonne monumentale, coffres pour une tombe, autel en calcaire, stèle funéraire, amphores gallo-romaines, socle de moulin à huile, têtes en pierre découvertes dans un puit en 1872, mosaïque gallo-romaine, vases en verre et céramique, matériel d'une tombe à inhumation gallo-romaine découverte en 1960, petit autel en pierre, céramiques, objets en bronze, petits récipients en céramique, grand vase gallo-romain en céramique grise, moulage d'une tête en marbre romaine, 3 vases en céramique sigillée, vase décoré de scènes de pêche, tête en pierre gallo-romaine, amphores massaliètes et étrusques, aiguisoir, lampes, jeu avec dés, bijoux, clés, outils en fer et en bronze, débris de pierres de Nimes, coquiller avec fragments travaillés, fragments d'inscriptions et de sculpture.454930149.2.JPG

22/04/2008

LA TETE DE MARIUS

2101813979.JPGCette tête de Caïus MARIUS a été classée monument historique en 1983.