Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2011

RANDO BIO

La 2ème rando bio-hérault aura lieu le dimanche 26 juin au Prieuré Saint Michel de Grandmont, dans la commune de Soumont, près de Lodève. Il s'agit d'un parcours de difficulté moyenne, 11 km et 390 m de dénivelé, au cours duquel des stands vous proposent de vous restaurer avec des produits bio.

Sablés, cakes et jus de fruits pour commencer, puis grillades, légumes, fromages et vins à la mi-journée. Les départs sont échelonnés et se feront de 9 h à 10 h, puis de 12 h à 17 h : un marché bio et la visite du Prieuré, avec un tarif spécial Rando bio-Hérault. Tarif : 15 € par adulte et 5 € pour les enfants de moins de 12 ans.

prieuré,sud,tourisme,manifestations rando

prieuré,sud,tourisme,manifestations rando

23/01/2011

LA JONTE (5)

Au-dessus du hameau des Douzes, l'énorme masse orangé du rocher Saint Gervais se dresse comme un vaisseau échoué depuis les temps antédiluviens. Sur cette étrave monumentale, les genévriers disputent le peu d'espace libre à une chapelle romane où, chaque premier dimanche de Juillet, un pèlerinage consacré aux Saints Gervais et Protais rassemble la foule des caussenards. Les troupeaux, suspendus au dessus du vide, sont bénis ainsi que des croix de buis qui protègeront un an durant maisons et récoltes de la foudre ou d'autres calamités. Dans l'enclos du minuscule cimetière attenant à la chapelle, des tombes soigneusement entretenues témoignent qu'aujourd'hui encore, les défunts de la vallée effectuent leur dernier voyage à dos d'homme pour reposer là haut, sur ce nid d'aigle.

gorges-dela-jonte ROCHERS.jpg

21:28 Publié dans LOZERE | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : région, sud, tourisme, lozère

05/01/2011

LA JONTE (4)

Au-delà du pont de Capelan, à mi-distance entre sa source et son confluent, la Jonte pénètre dans les gorges qu'elle a creusées comme un fil à beurre dans les parois des causses : au sud, le Causse Noir confronte le Causse Méjean campé sur la rive droite. Durant 21 kilomètres, la Jonte serpente au fond d'un canyon sauvage encadré par des escarpements hauts de 400 mètres et couronnés par les reliefs extravagants des dolomies ruiniformes. celles-ci constituent les corniches des Causses et sont de gigantesques balcons, des belvédères grandioses et vertigineux au-dessus desquels aiment planer de grands vautours indifférents au grondement sourd montant de la rivière, à moins que ce ne soit celui du vent dans les ramures des pins. Il est surprenant de constater combien les deux versants des gorges sont dissemblables. Les pentes du Causse Noir sont celles de l'ombre : sur cet ubac, pins et hêtres couvrent entièrement la roche alors que côté Méjan, l'adret est sporadiquement habillé de rouvres (chène pubescent) et de buis rabougris. Sur ce versant ensoleillé, les touffes d'amélanchier laissent souvent deviner l'entrée mystérieuse d'une grotte inaccessible dans laquelle il y a 4 500 ans les premiers pasteurs inhumaient leurs morts alors que d'autres baumes ont servi de cachette et de refuges pendant les périodes de guerres.

gorges du tarn LA JONTE.jpg

06/12/2010

LA JONTE (3)

MEYRUEIS.jpgLA JONTE A MEYRUEIS.jpgLe long du Béthuzon, Meyrueis étend comme un ruban l'alignement de ses hautes façades claires surmontées par des toits de lauzes anthracites. Les ruelles tortueuses de la cité médiévale contrastent avec le Quai Sully, cette belle esplanade ouverte au soleil et au glouglou incessant des eaux vives, car Meyrueis, dont le nom signifie "au milieu des eaux", est bâtie au bord de la Jonte, à cheval sur le Béthuzon ety juste en aval du confluent de la Brèze. Aux alentours, sur les terres limoneuses, les prairies, les jardins et les vergers escaladent la base du Serre de Pauperelle tout bandé de bancels, ces ceintures de terre arable superposées comme les cerclages d'un tonneau. Meyrueis est une charnière entre les Cévennes et les Grands Causses, un point où se démarquent granits et calcaires, une terre où se côtoient protestants et catholiques. Cette ancienne baronnie était aussi un carrefour, principalement nord-sud : les drailles du Parc aux Loups et du Calcadis se rejoignaient au hameau des Aires et les chemins muletiers, appelés aussi chemins de Saint Guilhem, en raison de nombreux pèlerins qui se rendaient à l'Abbaye de Gellone, se croisaient sur le pont des Arts. Les routes construites dans le fond des gorges au 19ème siècle ont profondément modifié la pénétration du pays, atténuant en partie la symbiose entre causses et vallée. Si la vallée, abondamment irriguée fournissait fruits, légumes et surtout les indispensables moulins à farine et à carder la laine, les vastes plateaux, royaume du vent et des troupeaux étaient aussi des terres à céréales que les caussenards cultivaient dans les dolines et les vallées sèches.

21:48 Publié dans LOZERE | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tourisme, région, lozère, sud

28/11/2010

LA JONTE (2)

meyrueis Vue village.jpgAu hameau des Oubrets, niché au fond de la vallée de la Brèze, un bâtiment tout simple faisait office d'école et de Temple. Les gens du pays aiment à raconter comment les protestants tiraient des coups de feu afin d'annoncer le culte du dimanche aux ouailles des autres écarts. Un peu plus en aval, à la Pourcarés, des filons de galène (sulfure de plomb) ont été exploités du XIIème siècle jusqu'en 1970, d'abord pour le compte de l'évêque de Mende, puis pour des sociétés privées. La vallée du Béthuzon longeant le Causse Noir de la Pierre Plantée jusqu'à Meyrueis est remarquable pour ses immenses forêts à l'ombre desquelles se trouvent de secrètes bolletières (là où poussent les cèpes). Les promeneurs pourraient croire que cette belle forêt existe depuis la nuit des temps, mais il n'en est rien : c'est une jeunette à peine centenaire, l'oeuvre colossale de Georges Fabre et de Charles Flahault. En reboisant les sols dénudés par les coupes à blanc dues aux maîtres verriers, aux exploitations minières, mais aussi au surpâturage du cheptel ovin, le forestier et le botaniste luttèrent efficacement contre l'érosion et les inondations qui dévastaient les vallées. Les futaies actuelles, exploitées à des fins économiques par l'Office National des Forêts sont parsemés de magnifiques arboretums dont celui du château de Roquedols. Dans ces laboratoires grandeur nature, Charles Flahaut cherchait à acclimater des espèces exotiques afin de mieux connaître les rendements de chacune d'elles. Cent ans après leur plantation, les séquoias géants ont trouvé une terre d'accueil : hauts de plus de cinquante mètres, ils forcent le respect et l'admiration de chacun comme ces troncs jumeaux que l'on ne peut manquer de remarquer à l'entrée de Meyrueis.

20/11/2010

LA JONTE (1) entre Aigoual et Grands Causses

LA JONTE Introduction.jpgSuivre la Jonte de sa source à son confluent avec le Tarn revient à voyager en compagnie d'un guide qui vous initie aux secrets des régions qu'il traverse.

En quarante kilomètres, la rivière parcourt des pays que tout oppose et qui, pourtant, sont étroitement complémentaires : des pays à deux étages, composés de hautes terres cévenoles et caussenardes, et des vallées où se rejoignent les torrents avant qu'ils ne s'engouffrent dans l'univers vertical des gorges. Suivre la Jonte, c'est aussi apprendre à lire dans les paysages le travail du temps, de l'érosion et des hommes qui y ont écrit leur histoire.

L'aventure de la Jonte commence sur les flancs nord du mont Aiguoual, là où les versants sont tout en courbes et en relief ondoyants, adoucis encore par le manteau vert des forêts. Sous le col de Prat-Peirot, dans l'échancrure d'un valat (vallée cévenole) granitique, à 1 350 mètres d'attitude, les neiges hivernales donnent naissance à un ruisselet qui, tournant le dos à la Méditerranée, s'en va rejoindre l'Océan.

De la table d'orientation de l'Observatoire météorologique, la vue s'étend jusqu'à l'horizon : d'est en ouest, les eaux de la Jonte, de la Brèze et du Béthuzon ont creusé trois vallées cévenoles presque parallèles qui se rejoignent à Meyrueis, sous les corniches du Causse Méjean. Les longues échines de trois serres (sommets allongés) séparent ces vallées couronnées par les tracés millénaires des drailles dont celle de la Lusette l'un des plus célèbres chemins moutonniers de la région : autrefois, des milliers d'ovins originaires des garrigues montpelliéraines allaient estiver dans l'herbe grasse des pâturages d'Aubrac et de la Margeride.

Aujourd'hui, le GR 60 perpétue l'antique voie qui court tout droit sur la crête de cette aigo-vers (eaux versantes, ligne de partage des eaux) jusqu'au hameau de Cabrillac où se tenait jusqu'au début du XX ème siècle, l'une des plus fameuses foires d'Occitanie. Au milieu des genêts, la draille arrive ensuite à l'isthme de Péjuret, véritable pont naturel reliant l'Aigoual granitique à la vastitude calcaire du Causse Méjean et ombilic providentiel pour les piétons de toutes sortes. Ici, se situe l'exacte limite des anciens diocèses de Mende et de Nimes, c'est à dire des confins antiques du pays des Gabales et de clui des Volques Arécomiques.

15:59 Publié dans LOZERE | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : régions, tourisme, sud, histoire

19/09/2010

Les journées du patrimoine

123 180910).jpgLes journées du patrimoine se sont déroulées dans ma ville ce week end.

Nous nous sommes rendus au Musée et sur le site de l'agglomération antique du Castellas.

Je vous rappelle l'historique des recherches :

Connu anciennement, le Castellas a fait l'objet d'explorations archéologiques à partir du XIXe siècle, mais la recherche ne s'est véritablement développée que depuis les années 50. La richesse du site est attestée par les nombreuses découvertes d'objets (sculptures, inscriptions, objets funéraires) d'abord conservés au musée de la Société archéologique de Montpellier (Musée Languedocien) et maintenant dans celui de Murviel lès Montpellier.

Un important programme de fouilles a repris depuis 2001. Le site bénéficie de plusieurs protections : classement des fortifications au titre des Monuments Historiques (depuis le XIXème siècle), inscription de la colline au titre des sites (depuis 1970). Depuis 1980, le Département de l'Hérault a acquis une dizaine de parcelles, pour favoriser la recherche archéologique et la mise en valeur des découvertes en collaboration avec la commune de Murviel lès Montpellier.

A l'orée des garrigues montpelliéraines, l'agglomération antique du Castellas qui occupe plus de 20 ha est l'une des plus vastes de la région. A côté d'autres établissements comme Lattes ou Ambrussum, elle est l'illustration du développement urbain qui touche le Languedoc à partir du IIème siècle avant J.C.

Patrick Thollard, Maître de Conférences à l'Université Paul Valéry de Montpellier.

116 180910 JOURNEES PATRIMOINE.jpg

 121 180910.jpg127 180910.jpg

133 180910.jpg128 180910.jpg130 180910.jpg131 180910.jpg132 180910.jpg134 180910.jpg135 180910.jpg137 180910.jpg

05/08/2010

LA CATHEDRALE SAINT PIERRE de MONTPELLIER

26 double porte entrée cathédrale st pierre dim (929 x 696).jpg25 entrée cathédrale st pierre dim (929 x 696).jpg31 fac médecine et cathédrale st pierre (929 x 696).jpg14 côté cathédrale st pierre dim (929 x 696).jpg22 haut entrée cath st pierre dim (929 x 696).jpgLa cathédrale St Pierre était à l'origine la chapelle du Monastère bénédictin de Saint BENOIT, fondée en 1364 par le Pape Urbain V. Actuellement, la cour d'honneur de la faculté de médecine est l'ancien cloître du monastère Saint BENOIT.

L'église était composée d'un vaisseau unique, de 5 travées délimitant les chapelles latérales au nombre de 14.

A la fin du XVIème siècle, on la surnomme le "fort Saint Pierre".

L'une des façades était couronnée par des mâchicoulis surmontés de créneaux. L'entrée était précédée d'un porche massif composé de 2 piliers cylindriques et d'une voute reliant les piliers à la façade de l'égilse.

Ce sont les seuls éléments de l'architecture médiévale de la cathédrale que l'on peut encore observer aujourd'hui.

Durant les guerres de religion, la cathédrale a été la cible des attaques protestantes en 1561.

En 6 heures, l'église est complètement dépouillée. Cependant, les Consuls de la ville (protestants) réussissent à préserver le trésor en établissant un inventaire.

En 1567, la cathédrale subit les assauts des protestants qui vont s'attaquer au batiment. Une tour s'effondre entraînant avec elle l'ensemble du bâtiment. Le Roi fit aussitôt reconstruire la cathédrale.

Les travaux dirigés par Revoil de 1855 à 1875 aboutissent à une reconstruction de la tour clocher et l'ajout de chapelles rayonnantes.

25/07/2010

LA TOUR DES PINS - MONTPELLIER

La Tour des Pins est un vestige de la "Commune Clôture", enceinte fortifiée qui enserrait MONTPELLIER.

Sa construction commencée en 1196 date de l'époque des Guilhem. Elle fut achevée au siècle suivant sous le règne des Rois d'Aragon.

Son style à la fois Roman et Gothique est l'oeuvre de la population de la ville, du Roi et de l'Evêque.

Après avoir été propriété des Bénédictins, elle fut propriété de la nation en 1792, transformée d'abord en prison, puis en asile de jeunes filles repenties vers 1825. Les archives de la ville y furent transférées dans les années 50 puis déménagées en 2002 à la Médiathèque centrale de la ville.

Une plaque à la mémoire de Jacques d'Aragon, Roi d'Aragon et de Majorque, Seigneur de Montpellier de 1213 à 1276, et qui vit le jour dans la ville le 1er février 1208, est apposée sur la tour.

Rédigée en Occitan, elle nous renseigne sur son passé :

" A celui qui prit trois royaunes aux Sarrazins (Majorque, Valence et Murcie), donna de justes lois à ses peuples, défendit les faibles, assista les laboureurs, les marchands, les savants et les troubadours, renonça par amour de Saint Louis et de la Reine Margueritte aux droits de son héritage sur une grande partie du Languedoc et de la Provence et mourut à Valence le 26 juillet 1276".

 17 archives square face fac droit dim (929 x 696).jpg18 haut archives square fac droit dim (929 x 696).jpg39 bld Henri IV vue archives et plaque Aragon dim (929 x 696).jpg40 bld henri iv statue aragon dim (929 x 696).jpg41 plaque jacques aragon dim (929 x 696).jpg

11/07/2010

VUE DE LA CRYPTE DE NOTRE DAME DES TABLES à MONTPELLIER (sous la place Jean Jaurès)

Comme suite à ma note précédente, je vous invite à cliquer sur le lien suivant afin de visiter ce qui'l reste de la première église Notre Dame des Tables à MONTPELLIER. Je ne l'ai pas visitée moi-même mais grâce à ce lien, je peux enfin découvrir ce merveilleux Musée.

http://pagesperso-orange.fr/lesruesdemontpellier/crypte-t...